A la chaufferie, les vieilles chaudières Babcock étaient bourrées d’amiante. On les a démolies sans précaution. Il y avait de l’amiante partout. Le sol était nettoyé à sec, avec un balai. Tout le monde en a respiré...

Aujourd’hui, c’est l’hécatombe. Sur la centaine de salariés qui ont travaillé à la chaufferie depuis les années 50, on compte déjà 9 morts (4 mésothéliomes et 5 cancers broncho-pulmonaires) et un cas de plaques pleurales. La liste n’est malheureusement pas close.


Article paru dans le Bulletin de l’Andeva n°31 (décembre 2009 )